Bien vivre sa multipotentialité au quotidien. Mes 5 commandements

« Oublie ta peur, aie confiance en tes ressources intérieures. Tu peux plus que tu ne le penses. » Ralph Waldo Emerson

En 2015, la conférence TED d’Emilie Wapnick a eu l’effet d’un électrochoc sur beaucoup de personnes, dont moi-même. Pour la première fois, je ne me sentais plus bizarre, marginalisée, parfois anxieuse à l’idée de ne pas suivre une route toute tracée. Enfin je comprenais que ne pas s’attacher à une grande et unique vocation n’était pas une sorte de « handicap » social ou professionnel, et que je n’étais pas la seule dans ce cas. Enfin j’ai compris qui j’étais réellement : une multi-potentialiste.

Mais c’est quoi un ou une multi-potentialiste ?

Nous rencontrons de plus en plus sur la toile cette notion de multipotentialité, avec des définitions plus ou moins concordantes. Chaque individu se reconnaissant dans ce profil peut en donner sa propre vision. Toutefois Emilie Wapnick – encore elle ^ ^ – a posé de solides fondements pour la définition de ce concept dans sa conférence de 2015 :

Why Some of us Don’t Have One True Calling par Emilie Wapnick, TEDxBend

Si nous résumons son intervention, un multi-potentialiste est un individu qui n’a jamais aimé répondre à la fatidique question : « Qu’est-ce que tu voudras faire quand tu seras grand ? ». Pas parce que rien ne le passionne, mais parce qu’il s’intéresse à trop de choses ! Et cette réalité reste une constante qui le poursuit toute sa vie. Un esprit trop curieux, la peur de s’engager… d’où cela peut-il provenir ?

Je te rassure internaute, il n’y a rien d’anormal à tout cela. C’est juste une question de câblage interne. Pour ma part, nombreuses furent les envies qui ont un jour traversé mon esprit, comme celles de devenir styliste, écrivain public, journaliste ou encore guide touristique. Pourtant, aujourd’hui encore, je ne sais toujours pas répondre à « Qu’est-ce que tu voudras faire quand tu seras grande ? » ^ ^

« Un multi-potentialiste est quelqu’un avec de nombreux intérêts et objectifs créatifs. […] Vous pouvez utiliser un autre terme qui connote la même idée, comme polymathe, la personne de la Renaissance. En fait, durant la Renaissance, l’idéal était d’être bien instruit dans de multiples disciplines. Barbara Sher nous appelait les « scanneurs ». Utilisez le terme que vous voulez, ou inventez le vôtre. » Emilie Wapnick

Personnes de la Renaissance certes, mais tous les multi-potentialistes ne finissent pas par devenir des Leonard de Vinci ! Néanmoins, nous aurions tout de même, selon Emilie Wapnick, trois super-pouvoirs qui, s’ils ne sont pas refrénés, constituent une réelle force pour nous et pour la société :

1 : la synthèse des idées. Ce qui est : combiner deux ou trois domaines et créer quelque chose de nouveau à l’intersection. […] L’innovation se passe aux intersections. C’est de là que viennent les idées novatrices. Et les multi-potentialistes, avec toutes leurs expériences, sont capables d’accéder à beaucoup de ces points d’intersection.

2 : le deuxième super-pouvoir des multi-potentialistes est l’apprentissage rapide. Quand on est multi-potentialiste et qu’on s’intéresse à quelque chose, on y va à fond. On observe tout ce que l’on a sous la main. On est aussi habitué à être débutant, parce qu’on a déjà été un débutant tellement de fois, ce qui veut dire qu’on a moins peur d’essayer de nouvelles choses et de sortir de notre zone de confort. De plus, beaucoup de compétences sont transférables entre disciplines, et on amène tout ce qu’on a appris à chaque nouveau domaine que l’on poursuit, et on commence donc rarement de rien.

3 : le troisième super-pouvoir des multi-potentialistes, c’est l’adaptabilité ; c’est la capacité de se transformer en ce que vous avez besoin d’être dans une situation donnée.

Tu dois peut-être te dire que c’est super chouette finalement, et qu’au regard de nos super-pouvoirs la multi-potentialité doit être un attribut réellement bénéfique ! Mais entre le sentiment de culpabilité engendré par le non aboutissement de certains projets et  le poids du carcan sociétal et culturel qui pèse sur nos épaules, nous éprouvons souvent une réelle anxiété.

Alors pour pallier à cette galère, nous trouvons des solutions en reconsidérant notamment la chose avec plus de sagesse et d’acceptation de soi. Tu trouveras d’ailleurs sur la toile de nombreux témoignages, comme les très bons billets de Une Etincelle, ou encore de Une Parisienne s’émerveille.

De mon côté, je vais te révéler les préceptes que j’essaie de suivre pour vivre sereinement ma multi-potentialité au quotidien, en demeurant en accord avec ma nature profonde et ma soif de curiosité, même lorsque certaines obligations semblent être un frein à mon accomplissement personnel.

Mes 5 commandements pour bien vivre ma multi-potentialité au quotidien

  • 1 – Accepter ta condition tu devras, et imperturbable face aux remarques des autres tu resteras

Accepter son câblage interne est la base de son épanouissement en tant que multi-potentialiste. Tu n’as pas la conscience tranquille à cause de ta peur de l’engagement ? Parce que tu n’arrives pas à choisir ? Parce que tu crains de ne pas être fait dans le même moule que tout le monde ? Je te rassure, rien de tout ceci n’est grave. Au contraire, telle est ta force.

Multi-potentialistes, le monde a besoin de nous. Emilie Wapnick

Malheureusement, le processus d’acceptation de soi se complique lorsqu’il s’agit de faire comprendre sa différence aux autres, ou du moins d’arriver à rester étanche aux remarques – certes innocentes mais terriblement pesantes – qui se répètent sans cesse. Personnellement, j’ai pas mal souffert du fait que l’on m’a seriné, souvent insidieusement, que mes études ne m’avaient servies à rien puisque je n’ai jamais exercé dans ce domaine. Désormais je ne doute plus que c’est une croyance, fâcheusement répandue, mais complètement fausse. En effet, je sais aujourd’hui tirer profit de tous mes apprentissages passés. Ils ne furent en rien une perte de temps puisqu’ils sont des pièces d’un grand puzzle qui composent en partie l’être complexe que je suis. De plus les mentalités tendent à changer, et l’adaptabilité et les compétences transférables sont des facultés de plus en plus recherchées, particulièrement dans le milieu professionnel.

  • 2 – Afin de progresser professionnellement toutes les opportunités d’apprentissage tu saisiras

Le multi-potentialiste peut vite s’ennuyer, son esprit doit donc être régulièrement stimulé et sa soif de curiosité étanchée.

Il peut dès lors se révéler compliqué de trouver sa place dans le monde du travail qui constitue – malheureusement – dans notre société contemporaine le principal outil d’insertion sociale. Les multi-potentialistes sont alors amenés à utiliser toutes les forces – ou super-pouvoirs – dont ils disposent afin de combiner les différents domaines qui les intéressent pour trouver leur métier, voire inventer les métiers de demain ! Nous retrouvons par exemple beaucoup de ces profils dans les métiers du coaching, car leurs connaissances étendues et leur ouverture d’esprit offrent un point de vue pertinent.

Toutefois, je trouve que le thème de la multi-potentialité est trop souvent abordé à travers le prisme de la carrière professionnelle – même si je m’y colle aussi à cet instant précis ^ ^ – , et cette démarche n’est à mon sens pas toujours judicieuse car ne nous leurrons pas, nous vivons pour la plupart des moments où certaines obligations font que nous sommes amenés à exercer des professions qui ne nous transportent pas. Et même si ce n’est que pour un temps – enfin je l’espère, car nous n’avons qu’une vie nom d’un chien ! – , là encore nous avons la possibilité de mettre à profit de tels moments afin de prospérer toujours plus. Nous devons apprendre à saisir chaque opportunité pour assouvir notre fièvre d’apprendre. Quand j’étais étudiante , j’ai dû exercer des emplois alimentaires afin de financer mes études. Et je ne vais pas te mentir, ils n’étaient pas toujours source de pleine satisfaction. Mais qu’à cela ne tienne, dans une situation comme celle-ci j’ai réussi à ouvrir mon esprit et à me dire que d’une façon ou d’une autre cette expérience serait un bénéfice car elle me permettrait d’acquérir de nouvelles facultés.

En outre, lorsque lorsque nous nous essayons à plusieurs métiers – et cela fonctionne également pour les hobbies -, on finit par saisir ce que nous ne voulons pas et cela nous procure l’élan de nous surpasser afin de faire ce que nous souhaitons réellement – au moins pour un temps.

Mais au delà du domaine professionnel, les opportunités dans notre société contemporaine et ultra-connectée sont abondantes pour contenter un esprit multi-potentialiste. Encore faut-il les saisir !

  • 3 – Au quotidien tu apprendras et tu t’émerveilleras

Aaaaah, si l’on pouvait faire des études toute sa vie, je crois que les multi-potentialistes seraient les premiers à signer ! Mais après tout, ne pourrions-nous pas faire en sorte que notre existence demeure un éternel apprentissage ? Et même si nous croyons que nous n’avons pas forcément le temps, arrêtons un peu de procrastiner et mettons en place de nouvelles résolutions. Un trajet en métro trop long pour aller à son travail par exemple ? Et bien exploitons cet instant pour lire, utiliser notre smartphone à bon escient pour acquérir de nouvelles connaissances, poser les idées d’un nouveau projet sur un carnet, etc.

Par ailleurs chaque voyage, chaque découverte ou encore chaque échange avec une personne est un véritable trésor qui enrichit notre savoir. S’intéresser aux autres, rester connecté au monde qui nous entoure, tout en gardant l’esprit ouvert, tel est le secret de notre initiation permanente au monde !

  • 4 – Les projets les plus importants tu achèveras

Multipotentialiste oui, gros procastinateur pas nécessairement. En effet, je ne suis pas entièrement d’accord avec certains articles que j’ai pu lire sur le sujet et qui font trop souvent le lien entre procrastination et multi-potentialité.

Je crois que cela fait du bien, pour son estime personnelle notamment, d’aller au bout des choses, sans pour autant se mettre de barrières. Ici tout est question de dosage – et par là même assez subjectif. Et même si l’ennui ne doit pas nous ronger, il est tout à fait possible de conjuguer multi-potentialité et une certaine forme d’aboutissement dans les projets entamés. Si tu commences un cours de théâtre par exemple, et qu’au bout de six mois tu te languis déjà du cours de poterie que tu feras à la place à la rentrée suivante, et bien tu peux au moins terminer ton année afin de consolider cette expérience.

Faire plein de choses oui, mais  il faut les faire bien, au moins un temps.

  • 5 – Confiance en tes capacités tu auras

boxing-415394_1920

Photographie, sous licence Creative Commons, prise par 378322.

Le problème quand tu es un multi-potentialiste, c’est que tu n’es pas vraiment expert dans un domaine. Conséquemment, tu remets souvent en question tes compétences, voire ta légitimité à exercer telle ou telle mission. Personnellement, je dois encore faire un gros travail sur moi-même quant à cette difficulté, car je crois trop souvent que je ne suis pas  capable. Mais il est fondamental que nous nous fassions confiance une bonne fois pour toute. Notre contribution est avantageuse, et travailler main dans la main avec des profils plus experts construit une expérience bénéfique et enrichissante.

Par ailleurs tu dois apprendre à dégager le meilleur de ce que tu as appris. Quand les enseignements passés se bousculent dans ta tête, tu ressens parfois le sentiment d’avoir presque tout oublié… et c’est un peu vrai. A moins d’être un génie, notre mémoire nous joue des tours et notre cerveau ne peut tout retenir. Mais il subsistera toujours des bases solides. Par exemple, j’ai souvent culpabilisé à l’idée de ne plus me souvenir de certaines connaissances apprises au cours de mes études d’histoire, relatives notamment aux personnages et événements historiques marquants. Toutefois, force est de constater qu’aujourd’hui j’en retire d’autres savoirs, comme ma capacité de recherche et d’analyse… compétences bien plus exploitables d’un point de vue professionnel ! Finalement, ma mémoire a bien fait les choses ^ ^

J’espère, internaute, que cet article t’a éclairé sur ce concept de multi-potentialité, et sa mise en perspective au quotidien. N’hésite pas à faire part de ton expérience en commentaires, j’ai hâte de te lire !

 

 

Publicités

8 réflexions sur “Bien vivre sa multipotentialité au quotidien. Mes 5 commandements

  1. J’aime beaucoup ton article et ton approche, positive et constructive !
    Et merci pour le lien, heureuse que mon site ait pu contribuer à ce bel article 🙂

    Je suis comme toi je ne vois pas trop de lien entre procrastination (mot très à la mode entre nous et qui a ses limites, d’autant que cela dépend plutôt du caractère) et multipotentialité. Une des difficultés qu’il peut y avoir en outre, et tu en parles, est l’impression de ne pas finir les choses (j’ai bien dit impression car c’est souvent plus une impression que réellement le cas, mais cela ça vaudrait un article, que je compte écrire d’ailleurs ;-)). Il peut aussi y avoir une difficulté à commencer car il y a trop d’envies et aucune qui ne sorte du lot (mais cela n’a rien à voir avec un problème de procrastination pour moi dans ce cas !).

    Ps : est-ce que l’on se connaît ? Es-tu sur le groupe Facebook ?

    J'aime

    • Merci beaucoup pour ton commentaire Laure… et ton joli article très inspirant ! J’apprécie particulièrement les passages sur l’organisation du multi-potentialiste – je partage fortement ton point de vue – , et sur la créativité ! En effet, le besoin de l’exprimer me semble viscéral pour un profil multi-potentialiste. Et grâce à mes premiers pas dans le blogging, même si je n’en suis qu’à mes balbutiements, je découvre un canal d’expression idéal. J’imagine que nous sommes nombreux dans ce cas ! La magie d’internet ^ ^
      En revanche je ne vois pas à quel groupe Facebook tu fais référence, mais je serais ravie d’en apprendre plus.

      J'aime

  2. Pingback: Je n’aime pas choisir mon camp ! Petites tranches de ma personnalité – La Fille Kraken

  3. Merci, mille fois merci de cet article… Il me fait un bien fou… j’avais vaguement vu le terme passer, j’ai déjà entendu parlé de sujets de ce type, beaucoup de connaissances m’ont souvent associée aux surdoués ou autres personnes « à part » dans leurs fonctionnements… Voilà un pièce de plus à mon puzzle personnel. Ça fait du bien le message de la vidéo, même si je le sais j’ai parfois tendance à l’oublier pour tenter de rentrer dans le moule, mais forcément ça ne fonctionne pas. Donc gratitude pour ce beau partage et cette petite lumière qui revient en moi.

    J'aime

    • Je comprends ton sentiment. C’est en partageant mes inquiétudes avec une amie quant à mes difficultés à choisir et me lancer dans une voie professionnelle bien définie qu’elle m’a parlé d’Emilie Wapnick… Et ça m’a changé la vie – enfin, en partie ;-). Ça fait toujours du bien de se rendre compte qu’en fait ce n’est pas nous le problème, et surtout qu’on n’est pas tout seul. Espérons qu’un jour la société –
      et par là même le système éducatif –
      change un peu son regard sur la question…

      Aimé par 1 personne

  4. Pingback: On se remet au travail ? | La Fille Kraken

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s